Association Welle

L’association «Welle» n’est pas titulaire du label de qualité Zewo. Elle a été portée à notre attention particulière en raison de nombreuses demandes de renseignements et plaintes de donatrices et donateurs désorientés. C’est pourquoi nous vous donnons les informations suivantes au sujet de cette organisation (mise à jour décembre 2013):
  • D’après les témoignages dont nous disposons, l’association Welle collecte des dons dans le cadre de collectes dans la rue et de longues visites à domicile. Les donatrices et donateurs nous ont fait état à plusieurs reprises que les sommes d’argents demandées étaient inhabituellement élevées. On rapporte également que les dons doivent être effectués si possible immédiatement par carte bancaire ou dans d’autres cas, qu’un engagement de don écrit est demandé. Nous avons également été informés que lors des collectes, des photos qui interpellent sur le plan affectif étaient utilisées. On trouve aussi ce genre de photos et de vidéos sur le site Internet de l’organisation. Enfin, on nous a rapporté qu’aucun document parlant n’est remis lorsqu’on le demande. Conformément aux standards Zewo, les méthodes de collecte de fonds qui mettent les donatrices et les donateurs sous pression sur le plan affectif ou autre sont interdites. En particulier, les collectes de fonds en faisant du porte-à-porte ne doivent pas avoir un caractère importun. La Fondation Zewo rejette catégoriquement les méthodes de collecte de fonds utilisées.
  • Les méthodes de collecte rappellent celles de l’association Daricheha, que nous avons remarquée plus tôt en raison des demandes d’information et des plaintes de donatrices et donateurs.   Selon le registre du commerce, l’association Daricheha a son siège à la même adresse que l’association Welle. L’Institut central allemand pour les questions sociales (DZI) met en garde contre trois associations en Allemagne, dont le but et la communication sur leurs sites Internet sont identiques à ceux de l’association Welle et qui ont également attiré l’attention en raison de méthodes de collecte de fonds semblables.

Indépendamment de cela, nous avons constaté, sur la base des documents dont nous disposons (mise à jour novembre 2013) que l’association ne respecte pas nos standards au moins sur les points suivants:

  • L’organisation s’est engagée principalement, selon le rapport d’activité de 2011 à 2013, pour la protection des habitants du camp Ashraf respectivement du camp Liberty en Irak. Ces camps sont habités, d’après les médias et d’anciennes informations de l’organisation, par des membres du groupe d’opposition iranien des moudjahidines du peuple. D’après les médias, la situation humanitaire et la sécurité des camps sont extrêmement inquiétantes. D’après le rapport d’activité, l’organisation soutenait également, entre autres, des séminaires sur les droits de l’homme à l’ONU, des conférences internationales et des actions de protestation. Il s’agit, au moins dans deux cas, d’activités du parlement iranien en exil, le Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI) dont le siège est à Paris, auquel les moudjahidines du peuple appartiennent en tant que plus grosse organisation et dans lequel ils placent aussi la présidente depuis 1993. C’est ce que montrent les sites Internet de l’association Welle et du CNRI.
    • D’après les standards Zewo, les organisations dont l'activité est limitée par des liens politiques ou dont l’activité est majoritairement politique ne sont pas considérées comme d’utilité publique. Sur la base des informations dont nous disposons, on ne peut pas juger si l’association Welle soutient les activités politiques du Conseil National de la Résistance ou des moudjahidines du peuple.
    • L’organisation a ajouté à son nom «Association pour la promotion des femmes et des jeunes filles» et se désigne également d’«association pour les droits de l’homme». D’après les statuts, l’association a entre autres pour but un travail d’information des femmes et des jeunes filles, le soutien de la démocratisation et de l’égalité des droits en Iran, la publication de violations des droits de l’homme et des activités de sauvetage de victimes de la torture en Iran. D’après les standards Zewo, l’activité réelle doit correspondre au but d’utilité publique statutaire. On ne peut définitivement juger si c’est le cas sur la base des informations dont nous disposons. 
    • L’association n’est pas exonérée d’impôts: Elle n’est pas reconnue par les administrations fiscales cantonales comme étant d’utilité publique et les dons à l’association Welle ne peuvent pas être déduits sur la déclaration d’impôts. D’après les standards Zewo, l’exonération d’impôts est une information importante sur l’activité d’utilité publique d’une organisation.
  • Sur la base des informations dont nous disposons, nous ne pouvons par conséquent pas juger si l’association Welle est considérée comme une organisation d’utilité publique d’après les standards Zewo.

  • Les comptes annuels de 2012 ne respectent pas les normes de présentation des comptes de Swiss GAAP RPC et sont trop peu parlants. Comme aucune explication n’est donnée en annexe aux comptes annuels, le plus gros poste de coût de plus de CHF 1 million «Droits de l’homme/ sauvetage de vies camp Ashraf, camp Liberty» ne peut notamment pas être vérifié. Les chiffres de l’exercice précédent imprimés dans les comptes annuels de 2012 sont apparemment structurés différemment et ne sont par conséquent pas comparables. D’après les standards Zewo, des comptes annuels transparents doivent être établis conformément aux normes de présentation des comptes de Swiss GAAP RPC. De plus, d’après les standards Zewo, les transactions et relations avec des organisations et des personnes proches doivent être divulguées en annexe des comptes annuels ou dans le rapport annuel.
  • Il n’existe pas de rapport de révision des comptes annuels de 2012. Les comptes ont été établis par une société fiduciaire, mais n’ont pas été révisés. L’association Welle affirme dans le rapport d’activité que le rapport annuel financier a été contrôlé par cette société fiduciaire, ce qui donne l’impression qu’il s’agit de comptes annuels révisés. D’après les standards Zewo, la comptabilité et les comptes annuels doivent être vérifiés par un service de révision indépendant et habilité.
  • D’après l’extrait du registre du commerce, la présidente de l’association Welle dispose d’un droit de signature unique. Afin de garantir un contrôle interne approprié, le droit de signature collective doit s’appliquer à tous les niveaux de l’organisation d’après les standards Zewo.